POURQUOI LIRE ? #3 La jeune fille à la perle

LA JEUNE FILLE A LA PERLE


  • FOLIO 8€20                                                                                                 TRACY CHEVALIER

 

1507-1

En 1664, Griet, jeune fille curieuse et timide issue d’une famille pauvre de Delft, est engagée comme servante dans la maison de Johannes Vermeer pour s’occuper des six enfants de la famille et surtout pour faire le ménage dans l’atelier du peintre. Celui-ci, sentant le potentiel artistique qui se dégage de la jeune fille, lui fait découvrir petit à petit les rudiments de l’art qu’il exerce. Leur proximité va entraîner de nombreuses tensions au sein de la maison des Vermeer, ainsi que des rumeurs qui vont rapidement se propager en ville.

Il y a 2 « pourquoi lire? » sur mon blog : Le chant d’Achille et Max. Deux véritables coup de cœur. Les « pourquoi lire? » seront rare car je veux que le livre soit vraiment exceptionnel et qu’il m’ai vraiment bouleversé, chamboulé. C’est le cas de La jeune fille à la perle, de Tracy Chevalier.

Il était depuis très longtemps dans ma PAL et ce n’est qu’après une vidéo de LiliBouquine je crois, que je me suis décidée à le sortir.

J’avoue que je ne m’y connais que très peu en peinture, et donc que je ne connaissais pas grand chose aux tableaux de Vermeer, ni à Vermeer lui-même. Malgré le fait que l’on sent que Tracy Chevalier a fait un immense travail de recherche sur Vermeer, sa vie, ses méthodes de peinture et plus encore, rien ne nous empêche de lire le livre si l’on ne connait pas du tout.

C’est avec une grand délicatesse que Tracy Chevalier nous fait entrée dans l’histoire d’un grand peintre, imaginant pour nous comment a-t-il pu peintre un de ses plus grands chefs d’œuvres.

« J’ai écrit ce livre parce que j’ai toujours été fascinée par le tableau de Vermeer, La Jeune Fille à la perle. À quoi pense-t-elle ? Parfois, elle semble vouloir séduire, parfois elle paraît triste. Parfois on croit qu’elle a treize ans et d’autres trente ans. Je me demandais ce que Vermeer avait bien pu dire ou faire pour qu’elle ait un tel regard. De cette interrogation est né ce roman. »

— Tracy Chevalier

meisje_met_de_parelJ’ai trouvé ce livre délicat. Une histoire sur l’innocence et surtout sur sa perte. On y voit sans vraiment sans rendre compte la condition des femmes au 17ème. Jamais le roman ne se stoppe sur Vermeer. L’histoire tourne vraiment autour de Griet, d’une jeune fille dans un monde cruel et à la fois magnifique.

C’était également poétique. Ce roman est autant visuel que sensoriel, on y ressent la dureté du travail, on y sent les peintures et les colorants. La sensation du soleil sur la peau et comment il est important pour une toile. Les moments de silence sont aussi très important et à travers le texte, on les ressent aussi bien que les moments de grands bruits, comme aux marchés ou avec les enfants de Vermeer.

Vermeer reste comme ses toiles : mystérieux. On ne sait vraiment pas s’il tient à Griet ou s’il ne s’intéresse seulement à sa peinture.

En bref, vous devez lire ce roman, car en plus d’être poétique, délicat et tendre, il raconte aussi la petite histoire dans la grande avec un grand H. Peut-être tout cela est faux, que Griet n’existait pas et que Vermeer a juste peint une de ses filles, mais Tracy Chevalier écrit avec une si jolie plume qu’on a envie d’y croire et de se persuader que la relation sensible de Griet et Vermeer était réelle… 🙂